À Propos

Compositeur, pianiste et multi-instrumentiste, Serge Sana débute son parcours artistique dans les domaines des musiques électroacoustiques, du jazz contemporain et des musiques improvisées qu’il partage au sein de divers collectifs et groupes de la région lyonnaise (La Tribu Hérisson, L’ARFI, le GMVL…).

Issu d’une famille au parcours migratoire riche, il confirme son gout pour les musiques et cultures du monde au cours de nombreux voyages, de tournées et résidences à l’étranger.

Sur la scène, il mêle au piano divers instruments, des percussions à la voix qu’il associe à des dispositifs électroacoustiques. Il se produit au sien de plusieurs formations et fédère dans ses projets des artistes d’horizons divers.

Défenseur d’une culture plurielle, il initie également des formes originales et interactives de concerts dans l’espace public et réalise des œuvres musicales en lien avec des hommes et des femmes ordinaires auxquels il tend la parole et met en musique un récit porteur de sens.

La Famille

Né en Italie dans une famille de musiciens amateurs au riche parcours migratoire, Serge Sana a baigné dans un environnement musical et culturel diversifié. Arrivé en France à l’âge de 7 ans, il débute le piano classique puis, à l’adolescence s’investit dans divers groupes rocks régionaux comme claviériste et, accessoirement, batteur.

L’Ecole Nationale de Villeurbanne

Il intègre l’ENM de Villeurbanne dans la classe de composition électroacoustique de Bernard Fort et suit les cours d’analyse musicale, de percussions orientales et de MAO.
En 1995 il obtient un DEM avec les félicitations du jury et décroche un prix SACEM (1er prix de composition) pour la pièce électroacoustique « rêve de la jeune épouse du chef de gare ».
Période faste de l’ENM, axée sur l’audace et l’expérimentation musicale Sana évoluera avec bonheur dans cet environnement qui prône le décloisonnement des genres et la transversalité devenus centraux dans sa démarche artistique.

Les musiques électroacoustiques

Ses œuvres électroacoustiques sont principalement orientées vers une narration poétique sonore dans la lignée du cinéma pour l’oreille. Il développe également une pratique du clavier électronique (sampler et synthétiseur) qui lie la musique électroacoustique au geste instrumental et à l’improvisation. Ses pièces sonores sont diffusées dans divers festivals et programmations radio :
Festival Futura (Crest), Festival Cinéma pour l’oreille (Marseille), 4eme festival international du son (Bruxelles), Musique en scène (Lyon), Soirées d’été à la Villa Gillet (Lyon), France Musique, Radio Grenouille, …

Impur de Fred Frith

En 1998, il intègre comme claviériste le projet Impur composé et dirigé par Fred Frith regroupant 17 musiciens principalement issus de l’ENM de Villeurbanne. Il participe aux tournées (Music Action Vandoeuvre-les-Nancy, Kohln Festival , … ) et à l’album Live Impur II.
Cette expérience s’est révélée fondatrice dans le parcours musical de Serge Sana. A l’image de son titre, Impur sonne comme un manifeste pour la diversité et mêle sans réserve des styles et esthétiques allant du rock au jazz, des musiques contemporaines au musiques improvisées et musiques du monde.

Le Collectif La Tribu Hérisson

Dans la continuité de l’expérience Impur, Serge Sana rejoint en 1999 le collectif La Tribu Hérisson. Il participe aux nombreux concerts rencontres au cours desquels il joue aux cotés de Louis Sclavis, Jean Pierre Drouet, Benyat Achiary, Carlo Rizzo, Michel Godard, Turak Théâtre, …
Il est à l’initiative de plusieurs projets dont notamment « Douze poèmes musicaux » avec l’écrivain/performeur Patrick Dubost et « pl[a]in sud » avec les oudistes Khaled Ben Yahia puis Adel Salameh.

L’ensemble Médiéval Xeremia

Résolument éclectique, il rejoint de 1996 à 2006 l’ensemble Médiéval Xeremia comme percussionniste. Il se familiarise avec ce répertoire dont il puise la simplicité naturelle et la fluidité mélodique qu’il transpose dans son travail de compositeur.
Cette expérience nourrit son ouverture sur les cultures et musiques du monde à travers des tournées et résidences à l’étranger où il côtoie et échange avec des musiciens traditionnels en Lybie, Liban, Mauritanie, Algérie, Ouzbékistan, États-Unis, Chypre, Irlande, …

La Chine – Ilimitrof compagny et Art Bird

En 2005, il rejoint la compagnie franco-chinoise de théâtre de rue Illimitrof Compagny dans laquelle il compose et joue la musique des spectacles.
Ces créations réunissent des artistes français et chinois et s’élaborent par des temps long de résidences et de co-construction dans diverses villes chinoises (Guiyang, Shanghai, Wuzhen,..)
Cette démarche le mène à interroger le rapport aux spectateurs et à développer des formes artistiques pour et dans l’espace public : parcours d’écoute, siestes sonores, concerts sous casques, balades sonores, …
Depuis 2017, il est invité à se produire en solo sur des festivals outdoor en Chine par la plateforme euro-chinoise des arts en espace public Art Bird : Sinan Festival – Shanghai, Wuzhen theater Festival, …

De l’action participative à la création artistique

Défenseur d’une culture plurielle, il prône le décloisonnement des publics et des espaces de création artistique. Depuis 2010 il s’engage sur des actions artistiques participatives qui impliquent des femmes et des hommes qu’il rencontre dans le monde du handicap, de l’immigration, la ruralité, …
Ces actions et l’échange avec ce public apportent une nouvelle exigence à son travail. La diversité du réel et sa mise en acte dans la création artistique propose une poétique du vivant qui parle à tous, de l’intime au collectif.
Il conçoit dans cette dynamique des créations musicales qui intègrent une dimension participative autour de thématiques à portée universelle. Il développe également des processus originaux de collecte de parole sur lesquels il construit un projet musical.
Depuis 2017 une partie de son travail s’axe sur les langues et langages autour du concept Le Concert Sous La Langue.